Inauguration du nouveau Centre Jean-Jacques Gautier

vendredi, 21 septembre 2012

Ce 21 septembre 2012 a marqué le 100e anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Gautier (1912-1986), banquier et philanthrope genevois. Son idée visionnaire d’un système de prévention universel a eu un impact considérable en matière de lutte contre la torture dans le monde. En 1977, Gautier a fondé l'APT.

Lors de l’inauguration du nouveau Centre Jean-Jacques Gautier, siège de l’APT à Genève, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Navi Pillay, a remercié l’APT pour son soutien inébranlable dans la lutte pour la prévention et l’éradication de la torture.

Dans son discours, la Haut-Commissaire a souligné que « Jean-Jacques Gautier était, et ses héritiers continuent à l’être, un phare dans la lutte mondiale pour reléguer la  torture dans le passé, auquel elle appartient ».
Elle a rappelé aux invités le rôle décisif joué par l’APT dans la conception et la rédaction de traités internationaux et régionaux en matière de prévention de la torture, notamment le Protocole facultatif à la Convention contre la torture, adopté par l’ONU il y a 10 ans. La Haut-Commissaire a aussi souligné la coopération unique qui s’est développée au cours des ans entre l’APT et le Haut-Commissariat.

« L’héritage de M. Gautier vit en nous tous qui croyons que la dignité humaine vaut la peine que l’on se batte pour elle. Il est tout à fait opportun que ce bâtiment qui porte son nom a été construit pour résister à l’épreuve du temps », a-t-elle notamment déclaré.

Pierre Maudet, Conseiller d'état genevois en charge du Département de la sécurité et de l'économie, a conclu la cérémonie officielle en ces mots : «L'humanité est une promesse. Merci à l'APT de rendre cette promesse crédible».

Sous la conduite de Martine Brunschwig Graf, Présidente de l’APT, l’inauguration s’est déroulée en présence de M Pierre Maudet, Conseiller d’État chargé du Département de la sécurité et de Madame Catherine Gautier, veuve du fondateur de l’APT ; plus de cents invités, représentant les autorités genevoises et fédérales, les missions diplomatiques de divers pays, ainsi que des ONG et institutions issues de la société civile ont assisté à cette cérémonie.

Discours de Mme Navi Pillay, Haut Commissaire aux droits de l’homme
(traduction non officielle)
 

Photo: Helen Putsman Penet