Accueil Soutien Faire un don Comment nous faisons la différence José de Jesus Filho, Brésil

José de Jesus Filho, Brésil

Le 2 août 2013, près de sept ans après la ratification de l’OPCAT par le Brésil, la Présidente Dilma Roussef a signé une loi instaurant un Système national de prévention et de lutte contre la torture. Ce système sera composé d’un Comité et d’un Mécanisme au niveau national et prévoit la création de mécanismes locaux de prévention dans chaque État brésilien.

Pour José de Jesus Filho, c’est un progrès significatif. En tant qu’avocat travaillant avec l’Aumônerie des prisons (Pastoral Carceraria) depuis 1995, il a visité des dizaines de lieux de détention :

« Bien que le Brésil possède déjà des institutions qui font entre autres du monitoring des conditions de détention, les nouveaux mécanismes vont, pour la première fois, avoir un mandat spécifique consacré exclusivement aux visites de tous les types de lieux de privation de liberté sur l’ensemble du territoire national. »

Partenaire de l’APT de longue date, José a rejoint notre Conseil en 2012. Depuis la ratification de l’OPCAT en 2007, il a participé à la rédaction de la loi instaurant un Système national, avec le soutien constant de l’APT. D’après lui, l’APT est parvenue à inscrire l’OPCAT au calendrier politique des États brésiliens, devenant ainsi « l’organisation de référence sur la prévention de la torture au Brésil ».

José est sûr que, malgré les défis restant à relever, le Système national commencera bientôt à fonctionner. À présent, explique-t-il, le mécanisme a besoin de membres qui soient des spécialistes dans le domaine de la prévention de la torture, mais aussi de personnel et de fonds appropriés.

Avec une population carcérale de plus d’un demi-million de détenu•e•s, une tâche titanesque attend le nouveau mécanisme. Mais José reste optimiste quant à l’impact que le futur système aura sur la vie des détenu•e•s :

« Nous assistons à un changement au Brésil. En créant ce système, l’État envoie clairement le message que la torture n’est jamais acceptable. De récents sondages ont par ailleurs montré qu’une part de plus en plus importante de la population condamne le recours à la torture. »
 

Plus d'informations sur notre travaille en Brésil

Contenus relatifs
Dernier Tweet